Regard sur les accidents du travail dans les SDIS

Rédigé par Expertises publiques, webmaster
Vendredi 28 Septembre à 15:42

Sofaxis publie sa nouvelle étude Regard sur les accidents du travail dans les services départementaux d’incendie et de secours.

Elle révèle les principaux indicateurs de l’accidentologie sur la base des accidents déclarés entre 2007 et 2017. Elle apporte en complément des enseignements sur les spécificités de la qualité de vie au travail des sapeurs-pompiers professionnels issus d’une enquête réalisée entre 2016 et 2017.

L'étude des accidents du travail, sur site d'intervention ou en caserne, constitue une composante indispensable de la compréhension des phénomènes accidentels et constitue la matière nécessaire à la mise en œuvre d'actions préventives et curatives efficaces.

Au-delà, la mesure de la satisfaction des sapeurs-pompiers sur leurs conditions de travail apporte un éclairage complémentaire de l'ensemble des composantes qui constituent le métier de pompier.

C'est cette vision globale qui permet ainsi la mise en place d'actions déterminantes au profit de la santé des pompiers, de leur qualité de vie au travail et en faveur des missions qui leurs sont confiées.

L’accident chez les sapeurs-pompiers professionnels et volontaires

L'accidentologie des sapeurs-pompiers se caractérise par une part importante des accidents en caserne, qui constituent la première nature d'accident dans les SDIS : 63 % pour les SPP et 49 % pour les SPV.

Ce sont les accidents relatifs à la pratique sportive qui sont les plus nombreux à survenir en caserne : plus de six accidents sur dix chez les SPP (61 %) et près de la moitié chez les SPV (49 %).

La durée moyenne d'arrêt des accidents, au global, s'établit à près de 40 jours par arrêt : 39 jours pour les SPP et 37 jours pour les SPV, soit respectivement une hausse de 33% et 16%.

L’accident chez les personnnels administratifs, techniques et spécialisés

L'accidentologie des PATS se caractérise par une baisse du nombre d'agents absents et du nombre d'arrêts entre 2016 et 2017. En revanche, leur gravité progresse dans le même temps.

La durée moyenne d'arrêt globale double en 10 ans.

Focus sur la qualité de vie au travail des sapeurs-pompiers professionnels

Chez les pompiers professionnels le ressenti de qualité de vie au travail reste globalement mitigé. L'insécurité de l'emploi plus que celle du métier exercé au quotidien pèse de façon plus importante sur les conditions de travail. De même, le manque de communication et de perspectives au même titre que le manque de moyens matériels contribuent à cette insatisfaction.

En revanche, les valeurs largement partagées d'utilité, de fierté et d'importance du service rendu à la population sont des facteurs de motivation.

 

Thèmes associés à l'article :

Lire tous les articles rédigés par Expertises publiques

Ajouter un commentaire

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
randomness