QVT et Santé des agents dans les établissements hospitaliers - 2e partie

Rédigé par Jean-Michel MAUREL, Médecin Conseil
Lundi 23 Juillet à 09:06

Âge et exposition aux risques organisationnels

Il apparaît que les agents ayant une plus grande ancienneté sont plus sensibles aux conditions de travail. La pyramide des âges étant ce qu’elle est, nous trouvons de prime abord une corrélation « naturelle » entre la tranche d’âge et l’absentéisme. Six agents sur dix font le lien entre leur activité et leur état de santé sans que l’on puisse pour autant affirmer que le travail soit à l’origine de leur pathologie ou s‘il vient aggraver un état existant. L’interaction avec la sphère privée est souvent évoquée.

Par contre, les troubles ressentis apparaîssent dès cinq années d’ancienneté, ce qui, à l’échelle d’une carrière, est précoce et apporte surtout un regard différent sur l’idée que l’absentéisme serait fortement lié au vieillissement. L’hypothèse que les conditions de travail commencent à toucher les plus jeunes autant que les anciens est un facteur nouveau qui doit interpeler sur une organisation qui transforme la façon de travailler alors que la nature et l’objectif du travail n’ont pas forcément changé.

Autres indices, les incidences physiques et psychiques sont significatives, avec respectivement 60 % et 50 % des agents concernés. 20 % des agents déclarent avoir eu au moins un arrêt dans les six mois du fait du travail. Ceci semble confirmer qu’une proportion non négligeable des arrêts en maladie peut être en lien avec le travail mais non déclarés. Il se constitue ainsi un réservoir de futurs accidents de travail qui pourront être cette fois déclarés si des dysfonctionnements perdurent ou apparaîssent. Nous pouvons y voir une explication complémentaire au nombre croissant des accidents de travail d’année en année, non observé chez les salariés de même activité. L’absence prolongée du travail favorise en outre le risque d’exclusion socio-professionnelle et auto-alimente la gravité, un cercle peu vertueux difficile à corriger.

Si les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont la première cause d’arrêt, il faut rappeler qu’ils sont fréquemment intriqués aux TPS. Leur pérennisation tient souvent à une « complication »  psychologique elle-même en lien avec des conditions de travail que l’agent est peu motivé à retrouver alors que son état physique le permettrait. Il est classique aussi que la souffrance physique traduise une souffrance psychologique, la seconde favorisant l’émergence de la première.

D’ailleurs l’enquête "Hôpital & médico-social : qualité de vie au travail et santé des agents" révèle qu’un agent sur deux est concerné par la tension en équipe et/ou avec le public, et que deux sur trois disent subir des pressions psychologiques. Sept agents sur dix exposés se disent cependant capables d’y faire face. Si la question individuelle joue fortement, l’agent peut faire plus facilement face aux contraintes s’il travaille au sein d’une équipe solidaire qui le soutient. C’est encore mieux si le management y participe. Les notions de travail en équipe et d’ambiance déterminent en grande partie la qualité de vie au travail et il s’avère que ces items sont les mieux notés de cette enquête sur la QVT. C’est également valable pour l’accueil de l’agent à son retour d’une absence pour raison de maladie.

La définition reprise par l’ANI du 19 juin 2013 indique : « La Qualité de Vie au Travail désigne et regroupe sous un même intitulé les actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises, d’autant plus quand leurs organisations se transforment ». Cette définition n’envisage pas que la QVT ait pour  objectif la préservation de la santé des salariés. Les enseignements tirés de cette approche, combinés à l’analyse de l’absentéisme et de l’accidentologie au travail, sont pourtant une source de réflexions et d’actions propices au rapprochement des concepts de l’organisation et de la prévention, qui sont encore trop cloisonnés.

Avis d'expert issu de la parution "Hôpital & médico-social : qualité de vie au travail et santé des agents", Collection Risk management, Sham, 2018.

Thèmes associés à l'article :

Lire tous les articles rédigés par Jean-Michel MAUREL

Ajouter un commentaire

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
CAPTCHA
Le but de cette question est de vérifier que vous êtes bien humain, et ce, afin de prévenir toute tentative de spam.